« Ce blog est un travail réalisé dans le cadre de la formation au Brevet dEtat d’Educateur Sportif 1er degré Voile réservée aux sportifs de haut niveau à l’Ecole Nationale de Voile et des Sports Nautiques. Il se construit sur l’année de formation et servira de ressource à l’évaluation terminale du stagiaire pour l’obtention du BEES1. ll doit s’attacher à décrire et analyser un aspect technique. Nous invitons les visiteurs à de l’indulgence et à des commentaires constructifs ». Contacts stephane.krause@jeunesse-sports.gouv.fr et olivier.lerouge@jeunesse-sports.gouv.fr

Bibliographie

– Mémoire BE2 HN / Pierrick Wattez
Titre: Stratégie et tactique en compétition de vague en funboard
Où le trouver: Ecole nationale de voile et des sports nautiques de Quiberon / Centre de ressource

images-51images-41

Tricktionary Books
Ouvrages dédiés à l’apprentissage des différentes figures de windsurf

Tricktionary I
Tricktionary
Tricktionary II
Tricktionary II

www.tricktionary.net

– Wind Magazine « DVD Spécial manoeuvres »

Analyses pédagogiques des différents moves de vagues et freestyle, réalisé en association avec des windsurfers de renommés internationales

DVD #1
N° 268
DVD #2
N° 279
DVD #3
N° 291
DVD #4
N° 303
DVD #5
N° 315

Pour vous les procurer…

WIND Collection – 6 rue Irvoy 38027 GRENOBLE CEDEX 027

– Windmag.com
Site de Wind Magazine, vous trouverez tous les moves du moment…

– Planchemag « Spécial manoeuvre »

pm11

pm2

Pour vous les procurer…

Planchemag
2 rue de la roquette _ passage du cheval blanc
75011 Paris
France

– Apprendre en imitant ?
Auteur : Fayda WINNYKAMEN
Edition : Presses universitaires de France
Où le trouver : Ecole national de voile / Centre de ressources



BONUS AÉRO/HYDRO

1- L’ACTION DE L’AILERON LORS DE LA ROTATION AVANT

Cela dépendra des conditions. Par exemple sur les photos de l’article précèdent, dès mon impulsion, j’envoie mon corps sur l’avant et je tire fort sur la main arrière pour tourner vite (car peu de hauteur). La fonction principale de l’aileron en premier lieu est l’impulsion, mais cela me permet aussi de mettre mes appuis sur l’avant: il participe vraiment à la manœuvre.

À l’inverse, si la figure se réalise sur une vague, je vais d’abord chercher à monter le plus au possible et c’est ensuite que j’enverrai la rotation avant. Seulement mon corps et ma voile seront actionnaires du moove.

JulienTaboulet_Action05

Par exemple, je peux monter à l’apogée de mon saut et je choisis ensuite dans quel sens de rotation je vais partir (avant ou arrière). Aussi, on arrive maintenant à faire une rotation arrière, puis une rotation avant enchaînée dans le même saut… C’est là, que nous voyons, que la voile est le moteur principal dans les airs. (cf: Le pushloop into front loop de Kauli Seadi).

2- QUELLES VITESSES AVOIR POUR LA ROTATION AVANT, COMMENT SE SERVIR DE L’AIR POUR TOURNER

Pour pouvoir engendrer une rotation rapide (vu la faible hauteur en condition clapot),  il faut créer un point de pivot en l’air. En vous servant du vent, vous pourrez donner toute l’inertie nécessaire à la planche et la voile, en actionnant votre main arrière et l’ensemble de votre corps. La vitesse, elle est importante avant l’impulsion, pour « coller » le moins à l’eau possible. Il est aussi vraiment important d’avoir un minimum de puissance dans la voile, c’est elle qui va aider aussi à l’impulsion…
Pour résumer, il est possible d’effectuer une rotation complète sans beaucoup de vitesse, mais il faudrait être super tonique à l’impulsion. À l’inverse, vous pouvez aller très vite et envoyer en avant, si le mouvement est mal effectué, la rotation ne se finira pas.

3- POSITIONNEMENT DE LA VOILE PAR RAPPORT AU FLOTTEUR

En pleine rotation, le but est de réceptionner le corps le plus hors de l’eau possible. Le plan de voilure sera toujours  plus sur l’arrière que la carène, pour contrecarrer à l’inertie mais surtout pour rechercher un appui pour réinstaller l’équilibre. Il est possible de réceptionner la rotation avant au planing, la voile sera alors presque perpendiculaire au flotteur.Par contre, si elle dépasse ce point, ce sera alors une sur-rotation qui engendre une belle « boite ».

4- EN SAVOIR PLUS SUR LES AILERONS

En freestyle (comme sur les photos), l’aileron utilisé est large pour avoir de la surface d’appui. Le bord d’attaque est un peu incliné pour avoir de la maniabilité et la profondeur varie en fonction du gabarit du rider. Par exemple, j’utilise ce jour-là un 24cm de profondeur, une planche de 95 litres et une voile de 5m2 (20/25nds de  vent), et je pèse 86kg.
En comparaison, un gabarit de 60kg utiliserait entre 4 et 4,5m2 de voile, une planche de 85 litres avec un aileron de 20cm.C’est donc vraiment la surface en largeur de l’aileron qui est important, car trop fin et plus long donnerait moins d’appuis.
En vague, les ailerons gardent à peu près la même longueur, avec moins de surface en largeur mais un bord d’attaque beaucoup plus courbé (comme un aileron de surf).Cela permet donc de tailler des courbes beaucoup plus acérées et courtes au surf mais l’impulsion, elle, sera quasi la même.

La souplesse elle ausi varie, l’aileron de vague sera plus souple dans des conditions « pur surf », afin de pouvoir supporter au mieux  les changements d’appuis du rider à haute vitesse (et donc d’éviter le décrochement de l’aileron).

DSC_0040 DSC_0042 DSC_0041

A l’inverse, dans les conditions « on shore », un aileron plus raide sera préconisé pour plus d’appuis afin de favoriser le près.

DSC_0038 DSC_0043 DSC_0039

PETIT EXTRA

COMMENT ARRÊTER L’INERTIE DANS LES AIRS?

Sur cette séquence, Kauli Seadi (Champion du Monde Vague 2007, 2008) exécute un pushloop into frontloop. L’action de la voile et du corps dans les airs sont les maîtres mots de cette figure de haut vol. Démonstration…

KS

KS 1

KS3

KS4

KS5

KS6

KS8

KS8

LA FORCE AÉRODYNAMIQUE ET HYDRODYNAMIQUE DE LA ROTATION AVANT

LES PRINCIPALES ACTIONS DE LA FORCE AÉRODYNAMIQUE ET HYDRODYNAMIQUE LORS DE LA ROTATION AVANT

Comme vu précédemment, la rotation avant se décline en plusieurs actions. Pour bien comprendre les différentes forces engendrées sur le matériel, nous découperons l’action en 3 parties :

– L’impulsion
– La rotation
– La réception

I- L’IMPULSION

La planche est au contact de l’eau, une forte pression est éxécutée sur l’aileron en sortie de vague. Cette pression est perpendiculaire, l’aileron encaisse la force et renvoie toute la puissance nécessaire pour pourvoir décoller.

AH 1AH2 AH3

AH4

AH5

Une fois dans les airs, l’assiette de la planche (vue horizontale du flotteur) est très sensible aux rafales et aux vents vitesse, il est donc important de ramener le flotteur sous ses fesses au maximum afin de réduire les perturbations.

Le travail de la voile à ce moment-là est de garder la puissance du vent dans l’intrados, afin de permette au matériel de planer. Le rider va donc légèrement border sa voile, afin de laisser le profil « gonflé ». Il est important de garder la voile dans le lit du vent, pour garder un écoulement parallèle le long de l’extrados afin de ne pas se faire déstabiliser en l’air (passage à contre)

II- LA ROTATION

Dans les airs, toute la puissance gardée dans l’intrados de la voile va servir à engager la rotation. En tirant fortement sur la main arrière et en poussant sur sa main avant, l’air qui se trouve dans la voile va se déplacer vers le mât (le creux de la voile avance), ce qui va projeter le matériel vers l’avant.

AH6

AH7

Ce mouvement donne donc de l’inertie au matériel, le corps et la planche suivent. L’air gardé dans l’intrados de la voile reste le moteur pendant toute la rotation, le fait d’ouvrir sa main arrière enlèverait de la puissance et donc ralentirait la vitesse.

Sur l’extrados, l’écoulement de l’air est aussi réduit car la voile passe dans le lit du vent.

Qu’est-ce que l’inertie :

L’inertie d’un corps est sa propriété de conserver une vitesse constante (ou de rester immobile) lorsqu’ aucune force externe ne s’y applique, ou que les forces qui s’y appliquent s’équilibrent. Le moment d’inertie est l’équivalent rotationnel de l’inertie.

Pour l’observateur extérieur (situé dans le référentiel galiléen), il n’y a pas de force d’inertie. Il n’y a qu’un effet de l’inertie, c’est-à-dire que les phénomènes observés proviennent du fait qu’il faut fournir un effort pour modifier le mouvement initial d’un objet (« tout corps jeté dans l’espace tend à reproduire son mouvement à l’infini ».

III- LA RECEPTION

C’est le moment où la planche va reprendre contact avec l’eau, le fait de réceptionner sur l’aileron, cela va créer une force anti-dérive. Toute la vitesse emmagasinée lors de la rotation va se transformer en pression dans vos jambes, et donc dans la planche.

Cette pression est perpendiculaire lorsque vous touchez l’eau, il est alors important de fléchir les jambes pour absorber au maximum le surplus de puissance.

Le vent réel lui va se réengouffrer dans l’intrados de la voile, ce qui va vous permettre de repartir. Il faut vraiment résister avec ses bras pour ne pas se faire embarquer vers l’avant, car l’inertie créée lors de la rotation peut se continuer quand le vent gonfle à nouveau la voile.

AH8

AH9

LES BASES DE L’AÉRO-HYDRO

LES BASES DE L’AÉRO-HYDRO

La planche à voile évolue dans deux milieux fluides: l’air et l’eau. Pour pouvoir avancer, elle est soumise à de nombreuses forces qui interagissent les unes par rapport aux autres.


I- LES FORCES

1- Les profils:

On distingue les profils symétriques et les profils asymétriques. Les ailerons sont symétriques alors que les voiles sont asymétriques.

Aéro-Hydro

2- Création des forces aérodynamique/hydrodynamique:

Lorsqu’un profil est dans un fluide en mouvement (ou inversement), il apparait une force perpendiculaire à la corde de ce profil. Ainsi dans l’air, la force aérodynamique apparait avec le vent. Pour les appendices immergés, c’est le mouvement de la planche dans l’eau qui crée la force hydrodynamique.

Cette force peut se décomposer en deux composantes:

* la traînée, parallèle au sens de l’écoulement

* la portance, perpendiculaire à la traînée

Aéro-Hydro 2

3- Les variations de la force:

L’intensité de la force dépend donc des caractéristiques de portance et de traînée. Plus particulièrement, elle dépend :

* De la viscosité (densité) du fluide

* De la vitesse de l’écoulement

* De l’angle d’incidence (importance de la portance)

* De la forme du profil

* De l’allongement

* De l’état de surface

* De la surface du profil

* Du creux

Aéro-Hydro 3

II- VENT RÉEL/VENT APPARENT/VENT COURANT

1- Les vents:

On distingue plusieurs « types » de vent:

* Le vent synoptique : c’est le vent de la météo

* Le vent réel : le vent synoptique + effets de sites, c’est le vent que reçoit la planche immobile.

* Le vent courant : le vent crée par le déplacement de la planche par le courant, il est opposé au sens du courant.

* Le vent vitesse : le vent crée par le déplacement de la planche par rapport à la surface. Il est opposé au déplacement de la planche et égal à sa vitesse.

* Le vent apparent : le vent que le rider reçoit sur la planche (en mouvement) = vent réel + vent courant + vent vitesse.

AÉRODYNAMIQUE-HYDRODYNAMIQUE: QU’EST-CE QUE C’EST?

LES DÉFINITIONS

I- AÉRODYNAMIQUE

1- Défini par Larousse:

 » Science qui étudie les phénomènes provoqués par l’air ou les gaz sur les corps solides ou en mouvement. »

2- Défini par Wikipédia:

« L’aérodynamique est une branche de la dynamique des fluides qui porte principalement sur la compréhension et l’analyse d’écoulement d’air, ainsi qu’éventuellement sur leurs effets sur des éléments solides qu’ils environnent. »

II- HYDRODYNAMIQUE

1- Défini par Larousse:

« Partie de la physique des fluides qui traite des liquides. »

2- Défini par Wikipédia:

« C’est l’étude des mouvements des fluides, qu’ils soient liquide ou gaz. »

GROUPES MUSCULAIRES QUI TRAVAILLENT LE PLUS POUR LE FORWARD LOOP

GROUPES MUSCULAIRES QUI TRAVAILLENT LE PLUS POUR LE FORWARD LOOP

Lorsque je réalise un forward loop, des dizaines de groupes musculaires sont au travail. Nous allons en retenir que les plus sollicités:

– groupe musculaire des jambes

– groupe musculaire des bras

– groupe musculaire des abdominaux

– groupe musculaire des épaules

Abdominaux Les Jambes Bras Épaules

Donc si vous voulez améliorer vos performances lors du forward loop, il va falloir renforcer tous les groupes musculaires cités ci-dessous.

I- GROUPE MUSCULAIRE DES JAMBES

1- Les mollets:

Les triceps sural, soléaire et jumeaux forment le galbe du mollet. Ils ont pour fonction les mouvements du pied (l’extension de la cheville).

2- Ischio-jambiers:

Les ischio-jambiers sont composés du biceps fémoral, du demi-tendineux et du demi-membraneux. Ils ont une action couplée sur la hanche et le genoux. La tension des ischio-jambiers nécessitent de coupler une flexion de la hanche à une extension du genoux.

3- Quadriceps:

Il est composé de plusieurs muscles: le vaste interne, le vaste externe, le crural et le droit antérieur. Il est extenseur du genoux et participe à la flexion de la hanche.

POUR LE FORWARD LOOP: Ce groupe musculaire intervient principalement dans la phase de l’impulsion (flexion/extension).

Impulsion Impulsion 2


II- GROUPE MUSCULAIRE DES BRAS

1- Avant-bras:

Les avant-bras comportent plusieurs muscles (supinateur, radial, cubital…). Un partie des muscles de l’avant-bras a pour action la mobilité du poignet et de la main, d’autres muscles (supinateur) participent avec le biceps et le triceps aux mouvements de l’avant-bras.

2- Biceps:

Le biceps brachial est fléchisseur du coude. Le brachial antérieur est muscle distinct du biceps.

3- Triceps:

Le triceps est l’antagoniste du biceps c’est à dire qu’il a une action opposé à celle du biceps : le biceps permet la flexion du coude et le triceps l’extension.

POUR LE FORWARD LOOP: Ce groupe musculaire intervient principalement dans la phase de la rotation, de l’implusion (flexion/rotation).

Flexion Rotation


III- GROUPE MUSCULAIRE DES ABDOMINAUX

1- Abdominaux:

Le grand oblique, le petit oblique et le grand droit de l’abdomen font partie des abdominaux. Les obliques interviennent dans le fléchissement du buste et du bassin, et dans la rotation du buste. Les abdominaux agissent dans les mouvements du bassin et du buste.

POUR LE FORWARD LOOP: Ce groupe musculaire intervient principalement dans la phase du gainage, de la rotation.

Gainage Rotation


IV- GROUPE MUSCULAIRE DES ÉPAULES

1- Trapèzes:

Les trapèzes permettent de garder les bras à l’horizontal (ce qui représente plus ou moins de travail en fonction du poids de la voile et du vent).

1- Deltoïdes:

Il se compose de trois muscles: l’antérieur, le moyen et le postérieur. Les deltoïdes permettent de garder les bras à l’horizontal (ce qui représente plus ou moins de travail en fonction du poids de la voile et du vent).

POUR LE FORWARD LOOP: Ce groupe musculaire intervient principalement dans la phase de la rotation.

Rotation Rotation 1